matérialisme endémique

PROJET PHOTOGRAPHIQUE

 

        

   

 

Le projet « matérialisme endémique » représente le travail de 5 photographes plasticiens de l’association L’entre prise : François R,

Malgorzata Lempicka Brian, Jean Pierre Attal, David Plion, Jean Michel Pancin.

 

Chaque artiste présente un projet singulier en rapport avec les thèmes du matérialisme et de la société de consommation ; chacun avec un message complémentaire par rapport à l’autre dans une direction commune.

 

Le projet se veut questionnement, interpellation sur la transformation des valeurs sociales et le désengagement de la population face aux maux si évidents de la société actuelle.

 

Le projet tente aussi de dénoncer l’incohérence et le non sens d’une situation ou tout le monde, grâce à une communication évoluée est censé savoir certaines vérités essentielles sans pour autant agir en réaction.

 

« matérialisme endémique » établit une critique visuelle simple et efficace, parfois avec ironie de la société et des choix qu’elle impose aux humains ; mais il tente surtout de réveiller en chacun de nous une conscience étouffée, enfouie confortablement dans la sécurité utopique de la vie capitaliste.

 

 

 

Synthése de l’événement :

 

 

Le projet Matérialisme Endémique pose la question de l’évolution des valeurs dans la société actuelle, chaque artiste s’est posé comme but la présentation d’un message précis au public et engage le dialogue.

Le projet met l’accent sur une rencontre, un échange entre la sensibilité propre de l’artiste et le public enclins aux mêmes problèmes et dans une situation sociale commune.

 

Jean Michel Pancin exploite le thème des grandes cités de banlieue en voie de réaménagement et met le doigt sur la situation sociale d’une famille sensée vivre dans ces espaces non adaptés.

Il se met dans la peau d’un jeune et de l’impact que peut avoir son environnement sur sa manière de penser et de se projeter dans le futur.

 

Jean Pierre Attal dresse le portrait de ces exclus parqués à la périphérie de Paris qui se recréent un logement de fortune sous le boulevard périphérique.  

En exploitant l’image de personnage clichés tel qu’un salary-man, une pin-up, un golfeur, etc. en contraste avec la situation d’urgence de ces exclus de la société Jean Pierre Attal nous met face à face avec notre indifférence de tous les jours.  

 

A travers l’incohérence de ces situations Jean Pierre Attal tente de mettre un accent sur la banalisation des maux de notre société urbaine contemporaine.

 

François R introduit dans la ville de Paris un personnage fictif en costume censé représenter quelqu’un d’initié aux méthodes propagandistes de la société de consommation. 

A travers le détournement des affiches publicitaires tant développées dans nos grandes villes, François R veut définir simplement les objectifs des grandes sociétés mondialistes à travers leur martèlement d’images, et remplace donc toutes ces images par des textes noirs sur blancs.

 

Malgorzata Lempicka-Brian nous expose une vision de la standardisation de notre consommation alimentaire. Le concept BIO défigure ce geste simple et élémentaire commun à tous : «se nourrir» ; la situation d’un poulet stérilisé, plumé, avec une taille standard, un emballage standard nous introduis une vision faussée de ce qu’est la nourriture au sens propre et figuré.

 

David Plion dans son projet « armes de destruction massives », établis un rapport humoristique avec l’actualité récente : la guerre en Irak dans le sens d’une juxtaposition avec nos gestes les plus simples de la vie quotidienne. 

Dans ce cas précis de l’utilisation de l’insecticide il éveille notre conscience sur la banalisation de certains outils d’éradication de telle ou telle espèce « nuisible » à la tranquillité de l’être humain. Sans se soucier de l’impact de son acte sur l’environnement proche ou lointain, l’homme développe des outils et ustensiles construits dans le seul but de protéger sa tranquillité et ses intérêts égoïstes.

 

 

 

 

 

Fiche technique exposition

 

 

Malgorzata Lempicka Brian

 

Titre projet : « je suis bio»

 

Description exposition :

 

   -   29 photographies argentiques noir&blanc posées sur des boites rectangulaires      de 24x30,5x10 cm.

   -   1 poulet bio nature décapité et ficelé (1,250 kg - approximativement 14x23 cm)

   -   Titre de l’installation en lettres d’imprimerie noires

 

Besoins techniques :

    -   Mur blanc de dimensions 230x300 cm minimum, avec possibilité de fixation des éléments

   -    Dispositif d’éclairage de l’installation

   -   Table pour présentation de la documentation

   -   Un poulet «BIO» acheté dans le commerce, à changer chaque jour si nécessaire

       (pour questions sanitaires …).

 

 

François R

 

Titre projet : « 28eme parallèle »

 

Description exposition :

   -   1 tirage duratrans dans caisson aluminium éclairé format 1m80

   -   5 photographies contrecollés sur aluminium et plexiglas

   -   1 installation béton / cire au format 50cm/40cm/1m

   -   1 installation vidéo (vidéoprojecteur écran)

 

Besoins techniques :

   -   Un vidéoprojecteur, 1 magnétoscope VHS, 1 écran ou mur blanc disponible

   -   1 socle ou support de sculpture d’une hauteur environ 1m10

   -   1 espace d’exposition mural minimum H=3m , L=10m

 

 

Jean Pierre Attal

 

Titre projet : « social consulting »

 

Description exposition :

   -   7 photographies contrecollés sur aluminium format 73cm/90cm

   -   1 installation vidéo (lecteur DVD, moniteur)

 

Besoins techniques :

   -   1 lecteur DVD, 1moniteur

   -   1 mur d’exposition H=3m, L=10m fractionnable

 

 

David Plion

 

Titre projet : « armes de destruction massive »

 

 

Description exposition :

-         6 photographies encadrées format 40cmx60cm

-         1 installation sur étagère de produits insecticides divers format 150cm

-         2 plaque d’insectes format 30cmx30cm

 

Besoins techniques :

-         1 mur d’exposition H=3m, L=6m

 

 

Jean Michel Pancin

 

Titre projet : « nature en ZUP »

 

Description exposition :

-         10 photographies format 80cmx120cm

 

 

Besoins techniques :

-         1 mur d’exposition H=3m, 15m